thème : Se cultiver
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

samedi 4 mai 2019 à 21h

Deixe-Me

Subliminati Corporation

arts du cirque

Encausse les Thermes Samedi 4 mai à 21h00

aux Thermes

gratuit / tous publics à partir de 10 ans / durée : 1h
spectacle accueilli en partenariat avec la DAVV 31 (direction des arts vivants et visuels) dans le cadre d'Itinérances en Haute-Garonne et l'Usine, CNAREP - Tournefeuille-Toulouse Métropole

Chose rare, nous vous donnons rendez-vous « chez nous », dans les Thermes (la dernière fois c'était pour May B de Maguy Marin en mai 2014) pour une soirée cirque avec la compagnie Subliminati Corporation et son spectacle Deixe-Me (laisse-moi en brésilien).

Ils sont quatre, jeunes et dans l'air du temps : trois hommes et une femme d'aujourd'hui face au monde actuel, sans cesse changeant, toujours en mouvement. Ils en saisissent, avec insolence, des bribes, des tranches de vies, des anecdotes,
des confessions, des rituels, des blagues aussi, pour nous peindre avec beaucoup d'humour le portrait de l'Homme contemporain. Dans ce monde qui défile à une allure folle, ces quatre-là passent d'une chose à une autre avec une énergie bouillonnante et une fausse désinvolture. Entre danse, cascade, jonglage, clown-bouffon, ils se font l'écho de cette ère hyper numérique, où tous nos faits et gestes sont surmédiatisés, où plane l'impression d'être à la fois acteur et spectateur de tout ce qui nous arrive.
Un beau miroir-exutoire de notre propre condition…


Subliminati Corporation

Née en 2006 au Centre national des arts du cirque du LIDO à Toulouse, la Subliminati Corporation est un outil pour questionner, mettre à nu, vibrer, pour vivre. Elle a pour objectif de promouvoir des spectacles vivants, énergiques et acidulés. Dans la lignée du spectacle précédent File-Tone#, la corporation cherche pour sa nouvelle création un style incisif mélange de poésie et de brute réalité.
« Mikel Ayala, Romain Delavoipière, Aude Martos et Maël Tebibi racontent le monde tel qu'il est, tel qu'il pourrait être et tel qu'il risque de devenir. L'individualisme, gangrène épouvantable qui réduit les personnages à n'être que des pantins insensés, finit terrassé par l'appel au collectif et par la conviction qu'on rit et qu'on vit mieux quand on le fait tous ensemble » Catherine Robert, journal La terrasse.

> https://subliminati.wixsite.com/subliminati-c…

Source : http://www.pronomades.org/Deixe-Me-403

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir